(514) 733-7555 - Montréal
1-866-933-7555
Special
Blog
Hotels
Destinations

À New York, une exposition pour ne plus avoir peur des araignées / voyages

À New York, une exposition pour ne plus avoir peur des araignées

L'arachnophobie, la peur irrationnelle des araignées, touche des dizaines de millions de personnes dans le monde, en particulier des femmes. C'est une des phobies les plus communes du monde occidental.

Pourtant, selon les scientifiques, les aranéides à huit pattes, tarentules et scorpions inclus, ne sont pas dangereux pour les humains, éloignent les insectes et peuvent même aider à soigner certaines maladies.

Vingt espèces vivantes sont les stars de la nouvelle exposition du Musée d'histoire naturelle à New York, qui abrite déjà habituellement la plus grande collection d'araignées au monde.

Spiders Alive! (Araignées vivantes!), présentée jusqu'au 2 novembre, permet aux visiteurs d'approcher araignées, tarentules et scorpions, de poser des questions et d'évoquer leurs peurs.

Le conservateur de l'exposition, Norman Platnick, arachnologue de réputation mondiale, invite tout particulièrement ceux qui en ont peur à venir les découvrir.

« Je pense que la peur est une chose apprise, et c'est irrationnel », explique-t-il en imputant la faute aux parents et aux médias.

Spiders Alive! présente ses araignées comme des « créatures jolies et fascinantes, extrêmement utiles à l'homme ».

En tuant de nombreux insectes, elles ont permis à l'homme de se développer, explique Norman Platnick.

Sans elles, les populations humaines seraient moins nombreuses, voire inexistantes.

Plus anciennes que les dinosaures, elles ont commencé à évoluer il y a plus de 300 millions d'années.

Une des araignées exposées au Musée d'histoire naturelle de New York a été emprisonnée dans la résine il y a 20 millions d'années. Un fossile calcaire d'araignée date d'il y a 100 millions d'années.

Si beaucoup d'espèces possèdent des glandes à venin, moins de 1 % des 43 000 espèces connues sont dangereuses pour l'homme, selon le musée.

Et elles ne sont pas non plus enclines à mordre ou à se battre. Selon Norman Platnick, beaucoup sont trop petites pour pénétrer la peau humaine, et les morsures de celles qui le peuvent n'auront quasiment pas d'effet.

Source: bum